HISTOIRE AU FIL DE L'EAU
HISTOIRE AU FIL DE L'EAU
HISTOIRE AU FIL DE L'EAU
10400 NOGENT SUR SEINE
Téléphone :
Portable : 06.09.17.37.70
Fax :
Adresse email :

P

PAÏEN.

Religion : non-monothéiste.

PAIX DE VENISE ou TRAITÉ DE VENISE.

En 1177.

Le traité ou paix de Venise en 1177, a été un important traité de paix entre la papauté et de ses alliés, les villes du nord de l'Italie regroupées dans la Ligue lombarde, et Frédéric Barberousse, empereur romain germanique. Le royaume normand de Sicile a également pris part à ces négociations et le traité a déterminé le cours politique de toute l'Italie pour les années suivantes.

PALAIS DU LATRAN.                                     (Voir le Palais)

Le palais du Latran (en italien : Palazzo Laterano) est un ancien palais de l'empire romain, qui fut du IVè au XIVè siècles, la résidence principale des papes. Il jouxte la basilique Saint-Jean de Latran, siège du diocèse de Rome. Le palais du Latran abrite les collections du musée pontifical des antiquités chrétiennes.

Le 11 février 1929, les accords du Latran y sont signés entre le Saint-Siège et l'État italien. ceux-ci officialisèrent notamment la création de l'État de la Cité du Vatican, ainsi que, entre autres, l'extraterritorialité du palais et de la basilique attenante qui font partie intégrante du nouvel État.

PANATHÉNÉENS.                           (Voir la FRISE des PANATHÉNÉENS)

Nom donné dans l'antiquité aux fêtes d'Athènes dédiées à la déesse Athéna. Célébrées annuellement, les plus prestigieuses étaient les Grandes Panathénées fêtées tous les quatre ans et ouvertes à tous les Grecs. Elles duraient sept jours. Les six premiers étaient consacrés aux concours musicaux, poétiques, sportifs, aux courses de chevaux et de chars, de bateaux dans la rade du Pirée. Le dernier était le plus solennel. Une grande procession,  précédée la veille par une course aux flambeaux, s'ébranlait du quartier du Céramique jusqu'à l'Acropole pour offrir un Péplos (tunique sans manches) neuf à la statue d'Athéna

PANDORE.

Dans la mythologie grecque, Pandore est la première femme. Elle est associée à la légende de la « boîte de Pandore » (en fait, une jarre). Elle est parfois appelée Anésidora, « celle qui fait sortir les présents des profondeurs », en fait « la Déesse de la terre qui préside à la fécondité ».

PANNONIE.

La Pannonie (en latin Pannonia) est une ancienne région de l'Europe centrale, limitée au Nord par le Danube et située à l'emplacement de l'actuelle Hongrie, et partiellement de la Croatie, de la Serbie, de la Bosnie-Herzégovine, de la Slovénie, de l'Autriche et de la Slovaquie.

PAPYRUS.

Long roseau des bords du Nil. À l'époque antique, la tige servait à la construction de barques de pêche ou de cabanes, les fibres étaient utilisées pour la fabrication d'objets de vannerie et pour des cordages. Mais surtout, il permettait d'écrire : on découpait sa tige en bandes que l'on collait ensuite ensemble en les  croisant. Utilisés dès le IIIè millénaire av. J.-C., cet ancêtre du papier fut peu à peu adopté dans tout le monde antique.

PAROS.

Île grecque de la Mer Égée située dans les cyclades, à l'ouest de Naxos. Patrie du sculteur Scopas, elle était réputée dans l'Antiquité pour son magnifique marbre blanc. Après les guerres Médiques, elle entra dans la ligue de Délos dominée par Athènes.

PARTHÉNON.                                              (Voir le PARTHÉNON)

Édifié en 432 av. J.-C.

Le Parthénon «jeune fille vierge» ou «la salle des vierges» est un édifice réalisé entièrement en marbre et situé sur l'Acropole d'Athènes.

PATRICIEN.

Dans la Rome Antique, personne qui appartenait, par sa naissance, à la classe dominante des citoyens et jouissaient de nombreux privilèges.

PAUL ÉMILE.                                                   (Au fil de l'eau)

Né v. ?, Mort en -216.

Homme politique romain, consul en -216 avec Varron, il fut vaincu et tué à la bataille de Cannes au cours de la deuxième Guerre Punique.

PELOPONNÈSE.

Grande presqu'île montagneuse située au sud de la Grèce et rattachée au continent par l'isthme de Corinthe (coupé depuis 1893 par un canal), le Péloponnèse fut occupé dans la première moitié du IIè millénaire, par les Ioniens puis le Acchéens qui y fondèrent la civilisation mycénienne détruite par les Doriens. Il fut dominé à partir du VIIIè siècle av. J.-C. par Sparte dont l'hégémonie fut brisée par Thèbes après la bataille de Leuctres en -371. Soumis aux Macédoniens, puis à l'Achaïe, le Péloponnèse devint une province romaine à partir de -146.

PELOPONNÈSE (Guerre du).                           (Au fil de l'eau)

De -431 à -404.

Guerre qui opposa pendant près de 30 ans de -431 à -404 Sparte et Athènes et à laquelle participèrent presque toutes les cités grecques. Elle nous est connue grâce aux récits de Thucydide et Xénophon. L'origine du conflit fut les menaces que faisait peser l'empire maritime d'Athènes sur l'indépendance de la Grèce. Il fut déclenché par l'appel lancé à Sparte par Corinthe et Mégare directement visées par l'ambition athénienne. De -431 à -221, la lutte fut indécise. Les Spartiates (appuyés par la plupart des cités de Grèce centrale et du Péloponnèse) dévastèrent l'Attique tandis que la flotte Athénienne (soutenue par les cités de la mer Égée, de Macédoine, de Thrace et d'Asie Mineure) ravageaient les côtes du Péloponnèse. Après la mort de Périclès emporté par l'épidémie de peste qui atteignit sa cité en -430, Sparte fut battue à Sphactérie en -425 mais victorieuse à Amphipolis en -424. À la mort de l'Athénien belliciste Cléon, une paix de lassitude fut conclue en -421 par l'Athénien Nicias. Mais deux ans plus tard, la guerre reprenait. Par leur victoire de Matinée en -418, les Spartiates rétablirent leur autorité dans le Péloponnèse. Après le désastre de l'expédition contre Syracuse, alliée de Sparte en -415, menée par Alcibiade, Athènes connut une dernière victoire aux îles Arginuses en -406. Mais la flotte Spartiate, reconstituée grâce à l'or perse et commandée par Lysandre, anéantit l'armée et la flotte athénienne à Aigos-Potamos en -405. Athènes, assiégée et épuisée par la famine, capitula en -404 en acceptant les conditions des vainqueurs : livraison de sa flotte, destruction des Longs Murs et dictature des trente tyrans. Cette guerre meurtrière a ruiné la Grèce et provoqué son déclin.  

PÉNATES.

Dans le religion Romaine, divinités protectrices de la maison. Leur culte était associé à celui des Lares.

PÉPIN DE HERSTAL dit PÉPIN LE JEUNE.       (Au fil de l'eau)

Né v. 635, Mort en 714.

Père de Charles martel, il reconstitua l'unité du royaume des Francs. Maire du palais d'Austrasie en 680, il fut vaincu par Ébroïn, maire du palais de Neustrie, mais battit les Neustriens en 687 après la mort de ce dernier. Il réunit alors les trois royaumes francs : Austrasie, Neustrie et Bourgogne. Laissant régner les rois Mérovingiens, il s'assura en réalité le contrôle du gouvernement, des finances et de l'armée.

PÉPIN DE LANDEN ou PÉPIN L'ANCIEN.        (Au fil de l'eau)

Né v. 580, Mort v. 640.

Grand propriétaire foncier du royaume d'Austrasie, il es l'ancêtre des Carolingiens et fut le maire du palais sous Clotaire II et Dagobert 1er.

PÉPIN LE BREF.                                               (Au fil de l'eau)

Né en 714, Mort en 768.

Roi des Francs de 751 à 768. Il fonda la dynastie des Carolingiens.

PÉPLOS.

1►Le Peplos est la tunique brodée en or pour la statue d'Athéna par les Athéniennes. Cette tunique lui est remise lors des fêtes des Panathénées.

2►Le péplos est le nom grec (péplum en latin) de la tunique féminine de style dorien de la Grèce antique.

3►Le péplos est l'enveloppe des virus.

PERCEVAL.

Perceval est dans la légende arthurienne un des chevaliers de la Table ronde. Dans la littérature galloise son nom est Peredur. Il est surtout connu pour sa participation à la quête du Saint-Graal.

PERGAME.

Ancienne ville d'Asie-Mineure, capitale d'un royaume Hellénistique très puissant au IIIè et IIè siècle av. J.-C. Allié de Rome, il s'étendait sur une grande partie de l'Asie-Mineure. Ses rois furent de grands défenseurs de la culture grecque. Pergame a perfectionné une invention Babylonienne, le parchemin. 

PÉRICLÈS.                                                       (Au fil de l'eau)

Né v. -492, Mort v. -429.

Grand homme politique athénien, sous le gouvernement duquel Athènes atteignit son apogée. Fils du stratège Xanthippe, vainqueur de Perses à Mycale, et apparenté par sa mère à une célèbre famille aristocratique, Périclès eut pur principaux maîtres à penser les philosophes Zénon d'Élée et Anaxagore, qui lui transmirent un idéal élevé. Chef du parti démocratique, grand orateur, réelu stratège presque chaque année, il domina pendant plus de trente ans de -461 à -429 la politique d'Athènes. Il acheva la démocratie de la cité en limitant les pouvoirs de l'Aréopage, en permettant à presque tous les citoyens de devenir archontes, en généralisant le tirage au sort, en versant une indemnité de présence aux membres de la boulê, de l'Héliée, aux archontes, aux stratèges, enfin aux citoyens les plus pauvres pour assister aux fêtes civiques. Cependant, les seuls bénéficiaires de ces mesures restaient les citoyens, petite minorité de 40 000 hommes sur 400 000 habitants que comptait l'Attique. Périclès fut aussi le fondateur de l'impèrialisme athénien, portant la cité au sommet de sa puissance économique et militaire. Dominant la ligue de Délos, Athènes élimina les Perses de la mer Égée, s'assura le contrôle des régions bordières de la mer noire riches en blés, tenta aussi d'imposer son hégémonie en Grèce continentale  s'opposant particulièrement à Corinthe et Sparte. La trêve de 30 ans qu'elle signa avec cette dernière (qui ne dura que 15 ans) permit alors à Périclès de faire de sa cité l'"École de la Grèce". On y joua les œuvres d'Eschyle, de Sophocle, d'Euripide et l'on resconstruisit sous la conduite du sculteur Phidias les sanctuaires de l'Acropole. Mais la volonté de puissance d'Athènes rendit inévitable de nouveaux conflits. En -431 commença la guerre du Péloponnèse contre Sparte. Périclès mourut deux ans plus tard de l'épidémie de peste qui atteignit sa cité.       

PETCHÉNEGUES

Nomades d'Asie centrale d'origine turque établis au IXè siècle sur les rives de la mer noire. Les Petchénèques menacèrent longtemps l'Empire Byzantin. Ils furent définitivement anéantis en 1122 par l'empereur Jean II Comnène.

PERSÉE.                                                           (Au fil de l'eau)

Né v. -212, Mort en -166.

Dernier roi de Macédoine de -179 à -168. Fils de Philippe V, il chercha à rétablir la domination macédonienne en Grèce, perdue après la bataille de Cynoscéphales en -197. Rome engagea une guerre contre lui. Persée fut vaincu en -168 par le consul romain Paul Émile à la bataille de Pydna. Emmené à Rome, il mourut en captivité.

PERSES.

Peuple indo-européen installé vers le VIIIè siècle av. J.-C. en Perse, pays situé sur la rive nord du golfe Persique. À partir du VIè siècle av. J.-C., les Perses fondèrent pour deux siècles un immense empire, appelé empire des Achéménides. Vers - 550, Cyrus II le Grand souleva la Perse contre le roi des Mèdes et réunit sous son autorité Mèdes et Perse. Après cette victoire, il soumit en moins de vingt ans l'Asie Mineure, la plaine de Mésopotamie avec Babylone et les régions orientales jusqu'à l'Inde. Son fils, Cambyse II conquit l'Égypte mais ce fut Darius 1er qui donna à l'empire sa plus grande extension. Darius 1er échoua à soumettre la Grèce lors des guerres médiques mais la Perse continua à faire peser sur ce pays une grave menace encore pendant un siècle. Les succès militaires de la perse s'expliquaient par la force de son armée constituée d'excellents cavaliers et de bons fantassins mais aussi par la générosité avec laquelle les Perses vainqueurs traitèrent les vaincus. Dominant des peuples très divers, la Perse respecta les traditions religieuses, les institutions et les coutumes locales.    

PESTE.

Le nom de peste fut donné dans l'Antiquité à toutes sortes de maladies épidémiques à forte mortalité comme la célèbre peste d'Athènes en -430. La peste dite de Justinien fut vraisemblablement une véritable peste qui ravagea les deux rives, européenne et africaine, de la Méditerranée au VIè et VIIè siécle. Elle disparut en Europe au début du VIè siècle jusqu'à la grande peste noire de 1348. Transmise à l'homme par la puce du rat, la maladie se propagea inexorablement par contagion directe, les signes mortels en  étant de gros ganglions, les bubons, au cou, à l'aine et aux aisselles. Mais on parle aussi d'infections intestinales ou pulmonaires accompagnées de crachements de sang. Après la peste noire, les autres pestes importantes furent celles de Thessalie, de Macédoine, Thrace et Constantinople en 1466, de Venise en 1478, de Londre de 1664 à 1665 qui décima près du quart de la population, de Marseille de 1720 à 1722 et de Moscou en 17783. Quelques petites épidémies apparurent enfin à Paris en 1920 et à Alger en 1930 et 1944, ce qui inspira La Peste de Camus.

PESTE NOIRE.

Nom donné à la peste venue d'Asie centrale. Elle se répendit vers la Chine, l'Inde et l'Europe entre 1347 et 1351 où elle provoqua des millions de victimes (le tiers de la population en Europe occidentale). Arrivée des steppes d'Asie centrale par l'intermédiaire des comptoirs génois de la mer Noire, elle était quasiment inconnue en Europe, la dernière grande épidémie remontant au VIè siècle. La soudaine apparition du fléau interrompit et désorganisa pendant un temps toute forme d'activité.   

PHALANGE.

Nom donné à la formation de combat chez les Grecs, masse profonde de plusieurs rangs d'hoplites armés de la lance et de l'épée destinées à l'attaque de front. La phalange fut perfectionnée par Philippe II de Macédoine. Il groupa son infanterie en formation massive d'abord sur 16 rangs de profondeur (4 096 hommes), puis plus tard sur 32 (8 192 hommes) et même sur 64 rangs ( 16 384 hommes). Tous les hommes de la phalange étaient armés de sarisses, longue lance de 5 à 7 m. On la tenait à deux mains : les cinq premiers rangs portaient leur lance en avant et à partir du sixième, chaque soldat l'appuyait sur l'épaule de celui qui était devant lui. L'ennemi se trouvait ainsi devant un rempart de boucliers hérissés de pointes, formation destinée à resister aux plus violents chocs de l'adversaire. La phalange macédonienne fut l'instrument des victoire de Philippe II et d'Alexandre III le Grand. Mais elle n'était vraiment efficace qu'en terrain plat. Elle succombera devant la légion romaine à Cynoscéphales en -197 et à Pydna en -168 sur un terrain accidenté où elle ne put garder sa cohésion.

PHALÈRE (Port de).

Phalère est l’un des trois ports de la cité antique d’Athènes sur le golfe Saronique, situé sur la baie homonyme. Bien antérieur au Pirée, il est conservé après les guerres médiques mais uniquement pour les bateaux de petite taille.

PHARSALE (Bataille de).                                 (Au fil de l'eau)

En -480.

La bataille de Pharsale est un affrontement se déroulant en Thessalie, le 9 août 48 avant J.-C, qui opposa les troupes de César à celles de Pompée. En gagnant cette bataille avec des troupes très inférieures en nombre, Jules César prit un avantage décisif sur le camp adverse. 

PHÉDRE. 

Dans la mythologie grecque, Phèdre est la fille de Minos, roi de Crète, et de Pasiphaés. 

PHÉNICIE. 

Dans l'Antiquité, ancienne région du Proche-Orient formée d'une étroite bande de terre située sur la côte est de la Méditerranée entre la Syrie, le Liban et Israël. Les Phéniciens, peuple d'origine Sémite, furent entre le XIè et le VIIIè siècle av. J.-C. les plus actifs commerçants de la Méditerranée et révolutionnèrent l'écriture, en inventant un alphabet de 22 consonnes. Colonie grecque après la conquête d'Alexandre III le Grand en -332, elle devint à partir du 1er siècle av. J.-C. une province romaine.

PHÉNICIENS. 

Peule de Phénicie.

PHIDIAS. 

Né v. -490, Mort v. -432.

Célèbre sculteur athénien. Il participa à la spleudeur d'Athènes au temps de Périclès qui lui confia la direction des travaux d'embellissement de la ville. Il travailla en particulier sur le chantier de l'Acropole, supervisa la réalisation de la frise des Panathénées et réalisa la statue de Zeus à Olympie (disparue), l'une des sept merveilles du monde. 

PHILIPPE 1er.                                                 (Au fil de l'eau)

Né en 1053, Mort en 1108.

Roi de France Capétien de  1060 à 1108. 

PHILIPPE II DE MACÉDOINE.                         (Au fil de l'eau)

Né en -382, Mort en -336.

Philippe II de Macédoine, est un roi de Macédoine ayant régné de 359 à 336 av. J.-C.. Il est le père d'Alexandre le Grand. Il a été, selon le philosophe péripatéticien Théophraste, le plus grand des rois de Macédoine, non seulement par sa fortune, mais encore par sa sagesse et sa modération.

PHILIPPE V DE MACÉDOINE.                          (Au fil de l'eau)

Né en -238, Mort en -179.

Philippe V de Macédoine, né en 238 av. J.-C. et mort en 179 av. J.-C., roi de Macédoine de -221 à -179 appartenant à la dynastie des Antigonides. Philippe se présente comme le roi entre deux mondes : les premières années de son règne marquent l'apogée de la Macédoine hellénistique et se terminent avec la domination romaine.

PHILIPPE AUGUSTE. Philippe II.                    (Au fil de l'eau)

Né en 1120, Mort en 1180.

Roi de France Capétien de  1180 à 1223.

PHILISTINS.

Dans l'Antiquité, ancien peuple non sémite appartenant à la grande migration des peuples de la mer installés en Palestine qui a donné son nom à ce pays. Installés sur la côte sud de la Palestine, ils combattirent les Hébreux (épisode héroïque de Samson) mais furent finalement vaincus par David au Xè siècle av. J.-C. Peuple détesté dans les récits de l'Ancien Testament

PHILOSOPHE.

1) Un philosophe est une personne ayant laissé des écrits philosophiques, vivant de manière philosophique, ou faisant de la philosophie une activité centrale dans sa vie.

 

2)  En un sens large, on appelle alors philosophe celui qui pense de façon conceptuelle, radicale, critique, systématique les grands principes et valeurs de la vie et de la connaissance. On peut citer par exemple, quoique toute liste soit sujette à controverse, Platon, Aristote, Descartes, Pascal, Leibniz, Spinoza, Hume, Kant, Hegel, Nietzsche, Bergson, Wittgenstein, Heidegger.

 

3) Au sens populaire, est « philosophe » celui qui, face aux petits ou grands événements de l'existence, fait preuve de patience, de courage, de sérénité, et cherche une existence paisible, à la façon des anciens stoïciens ou épicuriens, en ce sens, on parle de « vivre en philosophe », de « se montrer philosophe ». Dans cette acception, c'est souvent l'adjectif qui est employé. 

PHILOSOPHIE.

Le mot « philosophie » : connaissance et conscience de soi et du monde qui nous entoure. « la philosophie », c'est-à-dire littéralement : « l'amour de la sagesse » désigne une activité et une discipline existant depuis l'Antiquité en Occident et se présentant comme un questionnement, une interprétation et une réflexion sur le monde et l'existence humaine, ou encore comme un savoir systématique. Différents buts peuvent lui être attribués, de la recherche de la vérité, et de la méditation sur le bien et le beau, à celle du sens de la vie, et du bonheur, mais elle consiste plus largement dans l'exercice systématique de la pensée et de la réflexion. Ancrée dès ses origines dans le dialogue et le débat d'idées, la philosophie peut également se concevoir comme une activité d'analyse, de définition, de création ou de méditation sur les concepts. 

PHILOSOPHIQUE.

Relatif à la philosophie.

PHRYGIENS.

Ancien peuple indo-européen, installé en Asie Mineure vers -1300 et - 1200 avec pour capitale Gordion. Désignés  (avec d'autres peuples) par les Égyptiens sous le nom de peuple de la mer, ils participèrent à la ruine de l'Empire hittite. Ils formèrent à partir du VIIIè siècle av. J.-C. des principautés s'étendant sur toute l'Anatolie. Les Phrygiens furent ensuite successivement dominés par les Lydiens, les Perses, les Grecs et les Romains. Leur histoire n'est connue qu'à travers des légendes.

PIRÉE (Le).

Port d'Athènes situé à une dizaine de km de la ville sur une presqu'île du golfe Saronique. Le site fut choisi au début du Vè siècle av. J.-C. et le port, qui pouvait accueillir 400 vaisseaux, se développa en même temps que la puissance maritime d'Athènes, éclipsant ceux de Corinthe et d'Égine. La ville fut construite en damier su les plans d'Hippodamos de Milet autour de trois rades naturelles. Entourée d'une enceinte, elle fut reliée à Athènes, sous Thémistocle, Cimon et Périclès, par une double rangée de fortifications appelées les Longs Murs. À la fin de la guerre du Péloponnèse en -404, Sparte fit en partie raser l'enceinte et les Longs Murs, relevés au début du IVè siècle av. J.-C. Mais la destruction du Pirée en -86 par le romain Sylla lui portera un coup fatal. Il ne reprit toute son importance qu'en 1835 avec le transfert de la capitale grecque à Athènes et surtout après l'ouverture du canal de Corinthe en 1893. Le Pirée devint une escale importante du trafic entre la Méditerranée occidentale, Constantinople et la Mer Noire. Il es aujourd'hui le principal port de la Grèce et l'un des plus importants de la Méditerranée. 

PLASTÉRION.                                                   (Au fil de l'eau)

Le psaltérion ou nonca est un instrument de musique à cordes qui apparaît au Moyen Âge ; il est fréquemment représenté illustré ou sculpté à partir du xe siècle.

PLATÉES (Bataille de).                                  (Au fil de l'eau)

Platées est une ancienne ville de Grèce. Les Grecs y remportèrent en -479 une célèbre victoire contre les Perses. Platées fut la dernière bataille des Guerres Médiques

PLATON.                                                           (Au fil de l'eau)

Né v. -427, Mort en -348.

Grand philosophe Athénien. D'origine aristocratique, il reçut une brillante éducation et fut l'élève de Socrate. Après de nombreux voyages, il séjourna à Athènes, créant l"Académie où il enseigna tout en publiant ses Dialogues que l'on classe gnéralement en trois grands groupes. Les dialogues socratiques, œuvres de jeunesse, sont consacrées à la défense de la pensée de Socrate (Apologie de Socrate, Criton, Ion, Euthyphron, Protagoras, Gorgias). Les dialogues systématiques dans lesquels Platon développe sa théorie des idées (La République, Le Banquet, Phèdre, Phédon), enfin les dialogues critiques et métaphysiques dont les plus connus sont Parménide, Timée, Critias et Les Lois.      

PLEBE.

Dans la Rome Antique, nom donné à tous les citoyens qui n'étaient pas Patriciens (nobles), c'est à dire à l'immense majorité du peuple.

PLEBÉIEN.

De la Plèbe.

POITIERS (Bataille de).                                  (Au fil de l'eau)

En 732.

Vistoire remportée par Charles Martel sur les Musulmans d'Espagne entre Poitiers et Tours.

POMPÉE.                                                          (Au fil de l'eau)

Né en -106, Mort en -48.

Général et homme politique romain. Soutenu par le Sénat, il s'opposa à son rival Jules César, plongeant à nouveau la République romaine dans la guerre civile. Lieutenant de Sylla, il battit les partisans de Marius en Afrique et en Sicile, ce qui lui valut un triomphe et le titre de Grand qui lui resta. Après avoir pacifié l'Espagne puis écrasé les derniers partisans de Spartacus (chef d'esclaves révoltés), le général vainqueur, rendu puissant par ses succés militaires, fut élu consul avec Crassus en -70 avant d'avoir atteint l'âge légal et sans avoir accompli une carrière des honneurs régulière. Apparaissant comme l'homme providentiel dans la crise du régime républicain, il se fit donner par le Sénat des pouvoirs extraordinaires d'abord pour lutter contre les pirates puis lors de la guerre contre Mithridate, roi du pont. Il réussit en quelques années de -66 à -61 à faire passer la plus grande partie de l'Asie Mineure et de l'Orient méditerranéen sous l'autorité romaine. Certain par ses mérites exceptionnels de devenir le maître de Rome encore troublée par la conjuration de Catilina, Pompée n'eut pas recours au coup de force militaire, licencia ses troupes, espérant obtenir du Sénat un pouvoir légal. Mais il avait surestimé son prestige et fut contraint de former avec Crassus et Jules César le premier triumvirat en -60 qui, renouvelé en -56, s'accompagna d'un véritable partage du monde romain dans lequel Pompée obtint l'Afrique, l'Espagne et Rome. La mort de Crassus en -53 laissa pompée seul en face de César. Doté des pleins pouvoirs par le Sénat, il ordonna à César alors en Gaule d'abandonner son armée mais s'opposa à un refus : ce fut le début d'une nouvelle guerre civile. En -49, César franchit le fleuve Rubicon, limite de sa province, provoquant la fuite de Pompée en Grèce. Celui-ci fut vaincu à Pharsale en -48 et tenta de se réfugier en Egypte où il fut assassiné. César, après avoir triomphé des partisans de Pompée en Afrique et en Espagne, devint à partir de -45 le seul maître du monde romain.  

PONT DORMANT.                                            (Au fil de l'eau)

Un pont dormant est une œuvre d'architecture défensive, intégrée à une structure fortifiée, dont il est généralement un des rares accès possibles et pouvant être facilement contrôlé. Il peut être soit : Un pont établi sur un fossé et qui est fixe, contrairement au pont-levis. Ou la partie fixe du pont à laquelle est rattaché le pont-levis. Sa position est dite dormante. L'appellation dormant ou dormante fait donc référence à l'immobilité de cette structure d'accès, par opposition à la mobilité du pont-levis.

PONT LEVIS.                                                  (Au fil de l'eau)

Un pont-levis est un type de pont mobile défensif qui se baisse et se lève pour ouvrir ou fermer le passage au-dessus d'un fossé encerclant un ouvrage fortifié. On associe traditionnellement le pont-levis aux châteaux médiévaux, qui disposaient pratiquement tous d'un tel pont au-dessus de leurs douves ou fossé sec. Le relevage du pont permettait alors de bloquer l'entrée en cas d'attaque. Généralement, pour plus de sécurité, un pont-levis de château fort précède une herse.

PORTIQUE.

Galerie ouverte soutenue par deux rangées de colonnes ou par un mur et une rangée de colonnes.

POSÉIDON.

Dans la mythologie grecque, frère de Zeus et dieu de la mer. Son attribut est un trident. 

PRAXITÈLE.

Né v. -400, Mort v. -326.

Praxitèle, est dès l'Antiquité l'un des plus célèbres sculpteurs grecs. Varron écrit ainsi : «Grâce à l'excellence de son talent, Praxitèle n'est inconnu d'aucun homme un tant soit peu cultivé». On place l'œuvre de Praxitèle dans la période du « second classicisme » (vers 370-330 av. J.-C), auprès d'autres grands sculpteurs grecs.

Sa vie est très mal connue : si sa période d'activité va de 375 à 335 avant J.-C., on ne sait même pas avec certitude ses dates de naissance et de mort. La tradition en fait le fils du sculpteur Céphisodote et le père de deux autres sculpteurs, Céphisodote le Jeune et Timarchos. Les sources antiques évoquent également sa relation avec son modèle, la courtisane Phryné. Celle-ci est censée avoir inspiré l'une des statues les plus connues de l'Antiquité, l'Aphrodite de Cnide. Ainsi Praxitèle est-il le premier artiste à avoir représenté le nu féminin intégral dans la grande sculpture grecque.

PRÉHISTOIRE.

6 millions d'années av. J.-C. à 3500 av. J.-C.

Nom donné à la partie la plus ancienne et la plus longue de notre passé qui s'est écoulée depuis l'apparition de l'homme (6 millions d'années environ av. J.-C.) jusqu'à l'invention de l'écriture (vers 3500 av. J.-C.). 

PRÉTEUR.

Magistrat romain, sa charge correspondait à la troisième étape de la carrière des honneurs (cursus honoratum) après celle de questeur et d'édile. Élus pour un an par les comices centuriates présidées par un consul et agés au moins de 35 ans, les deux préteurs étaienet chargés de rendre ou de faire rendre la justice.

PRÉTORIEN - PRÉTORIENNE.

Qui à rapport au prêteur, magistrat supèrieur de la Rome antique. Se disait aussi des soldats, gardiens personnels du prêteur, puis de l'empereur.

PRÊTRE.

Un prêtre catholique, est un homme chrétien qui reçoit au moment de son ordination, par l'imposition des mains de l'évêque, la mission de « rendre présent » le Christ parmi les gens, en particulier par des sacrements comme l'eucharistie (la messe), le sacrement de réconciliation ou du pardon (la confession), le sacrement des malades, en instruisant comme avec le catéchisme, en accueillant ou en guidant toutes les personnes qui s'adressent à lui.

PROMÉTHÉE.

Dans la mythologie grecque, Prométhée, dont le nom signifie « le prévoyant », est l'un des Titans. Il est surtout connu pour avoir créé les hommes à partir de restes de boue transformés en roches, ainsi que pour le vol du « savoir divin » (le feu sacré de l'Olympe) qu'il a caché dans une tige et qu'il rendit aux humains. Courroucé par sa ruse, Zeus, le roi des dieux, le condamna à être attaché à un rocher, son foie se faisant dévorer par un aigle chaque jour, et renaissant la nuit.

PROPONTIDE.

Nom ancien donné à la mer de Marmara située entre le détroit du Bosphore et celui des Dardanelles.

PROPYLÉES.                                            (Voir les Propylées)

Entrée monumentale sur le côté occidental de l'Acropole d'Athènes construite en marbre blanc par l'architecte Mnésiclès entre 437 et 432 av. J.-C.

PROTAGORAS.

Né v. -490, Mort v. -420.

Protagoras est un penseur présocratique (ayant précédés Socrate) et professeur du Ve siècle av. J.-C. Considéré par Platon comme un sophiste, il est reconnu comme tel par la tradition antique et récente. Déjà renommé de son vivant, Protagoras est resté célèbre pour son agnosticisme (ne pas se prononcer sur l'existence de dieu) avoué et un certain relativisme (il n'existe pas de vérité absolue). Ses deux citations les plus notoires sont : « Des dieux, je ne sais ni s'ils sont ni s'ils ne sont pas » et « l'homme est la mesure de toutes choses ».

PTOLÉMÉE XIII.                                              (Au fil de l'eau)

Né v. -61, Mort en -47.

Ptolémée XIII est l'un des derniers pharaons d'Égypte avant la période romaine de -51 à -47.  Co-souverain avec sa sœur aînée Cléopâtre VII.

PTOLÉMÉES.

Voir Lagides.

PUNIQUES (Guerres).                                     (Au fil de l'eau)

IIIè et IIè siècles avant Jésus-Christ.

Nom donné aux trois guerres qui opposèrent au IIIè et IIè siécle av. J.-C. Carthage et Rome. Elles eurent pour enjeu la domination de la Méditerranée Occidentale et se terminèrent par la victoire de Rome. (-264 à -241), (-218 à -201) et (-149 à -146).

PYDNA (Bataille de).                                       (Au fil de l'eau)

-168.

Victoire remportée en -168 par le Romain Paul Émile sur Persée de Macédoine.

PYTHAGORE.                                                    (Au fil de l'eau)

Né v. -580, Mort v. -495.

Pythagore est un réformateur religieux et philosophe qui serait né vers -580 et mort vers -495. Il aurait été également mathématicien et scientifique. Il serait le premier penseur grec à s’être qualifié lui-même de «philosophe». Cicéron évoque l'anecdote célèbre sur la création du mot (philosophos) : « amoureux de la sagesse ». Il est connu pour son théorème qui met en relation les longueurs des côtés dans un triangle rectangle : le carré de la longueur de l’hypoténuse est égal à la somme des carrés des longueurs des deux autres côtés. a²+b²=c².

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© HISTOIRE AU FIL DE L'EAU