HISTOIRE AU FIL DE L'EAU
HISTOIRE AU FIL DE L'EAU
HISTOIRE AU FIL DE L'EAU
10400 NOGENT SUR SEINE
Téléphone :
Portable : 06.09.17.37.70
Fax :
Adresse email :

A

ABÉLARD Pierre.                                           (Au fil de l'eau

Né en 1079, Mort en 1142.

Philosophe et théologien français. Sa méthode critique dans le commentaire des textes bibliques et patristiques annonce saint Thomas d'Aquin. Il fut plusieurs fois condamné par l'Église. Il enseigna à paris la théologie scolastique et la logique, et se prit de passion pour Héloïse, nièce du chanoine Fulbert, qui le fit émasculer. Abélard se retira à l'abbaye de Saint-Denis et Héloïse prit le voile à Argenteuil. Les doctrines d'Abélard furent condamnées par les conciles de Soissons en 1121 et de Sens en 1140 à l'instigation de Bernard de Clairvaux. Abélard écrivit aussi des traités théologiques et un ouvrage autobiographique (Histoites des malheurs vers 1136).

ABRAHAM.

Né v. 2000 av. J.-C.

Patriarche hébreu, ancêtre des israélites, il fut, selon l'ancien testament, le premier Hébreu à croire à l'existence d'un seul Dieu. C'est sous sa conduite que les Hébreux s'installèrent dans le pays de Canaan, terre que Yahvé promit à ses descendants. Durant sa vie, Abraham eut à subir de dures épreuves. La plus pénible fut la demande que lui fit Yahvé, pour éprouver sa foi, de sacrifier son fils Isaac. Dieu, satisfait par la foi d'Abraham, remplaça la victime par un bélier. Selon la bible, Abraham mourut à 175 ans. Ses cuccesseurs furent son fils Isaac et son petit-fils Jacob.

ACADÉMIE.

À l'origine, sanctuaire boisé où le héros Académos avait son tombeau, c'est à l'époque classique un gymnase à l'ouest d'Athènes qui donna son nom à l'école philosophique fondée vers -387 par le philosophe athénien Platon.

ACHAÏE.

Petite région montagneuse de la Grèce ancienne située au nord du Péloponnèse. Elle fut, après l'invasion des Doriens, l'un des refuges des Achéens qui lui laissèrent leur nom. Rassemblant une fédération de plusieurs cités, la ligue achéenne domina à partir du milieu du IIIè siècle av. J.-C. une grande partie du Péloponnèse. L'Achaïe fut occupée par les romains à partir de -146.

ACHÉENS.

Désigne chez Homère tous les Grecs venus faire le siège de Troie. Peuple indo-européen venu d'Europe Centrale qui envahit la Grèce au début du IIè millénaire av. J.-C. On les considère comme les premiers Grecs car ils apportèrent avec eux une langue nouvelle qui est l'ancêtre du grec. Peuple de guerriers, connnaissant l'usage du cuivre et les armes de bronze, ils s'installèrent en Thessalie, puis dans la Grèce centrale et le Péloponnèse, en soumettant les populations établies avant eux. 

ACHÉMÉNIDES.

Dynastie royale de Perse de -556 à -330 dont le nom vient d'un ancêtre mythique, Achéménès. Les Achéménides avec Cyrus II et son fils Cambyse II fondèrent, à partir du milieu du VIè siècle av. J.-C., un immense empire dominant l'Orient, l'Asie mineure, la Babylonie, la Syrie et l'Égypte. La dynastie Achéménide disparue en -330 après la conquête d'Alexandre III le Grand.

ACROPOLE.

Nom donné dans la Grèce ancienne aux citadelles situées au sommet d'un rocher ou d'une colline dominant la ville. L'acropole d'Athènes fut, au Vè siècle av. J.-C., le centre religieux de la cité. Les monuments édifiés au temps de Périclès sous la direction du sculteur Phidias sont restées célèbres : Le Parthénon, le temple d'Athéna Nikê, les Propylées et l'Érechthéion.  

ACTIUM (Bataille d').                                     (Au fil de l'eau)

En 31 av. J.-C.

Victoire navale remportée par Octave sur Marc Antoine et Cléopâtre.

ADOUBEMENT.

Cérémonie solennelle qui marquait l'entrée d'un écuyer, âgé de 15 ans, dans la chevalerie. Le parrain, toujours un chevalier, remettait au jeune homme ses armes (le heaume, le haubert, les éperons et le baudrier) puis donnait au nouveau chevalier un grand coup sur la nuque ou la joue, du plat de l'épée ou de la main, la colée. Au cours du XIIè siècle, cette cérémonie prit un caractère nettement religieux : jeûne, bain, veillée d'armes dans l'église, bénédiction de l'épée et messe solennelle. La pratique de l'adoubement diminua à la fin du XIIIè siècle.

AETIUS.

Né v. 395 et Mort en 454.

Aetius ou Aétius, est un sénateur romain et un généralissime de l'armée de l'Empire d'Occident sous le règne de Valentinien III. Doté en 443 des titres de patrice et de « maître des deux milices », il est, avec la régente Galla Placidia, mère de Valentinien III, le principal dirigeant de l'Empire d'Occident des années 430 à sa mort. On dit de lui qu'il a été « le dernier des Romains » en raison de sa lutte contre les barbares présents dans l'Empire au ve siècle, notamment contre Attila en 451, et aussi parce qu'après lui, l'Empire d'Occident est gouverné par Ricimer, Suève et Wisigoth d'origine, et par Gondebaud, un Burgonde, avant de disparaître en 476 par la volonté d' Odoacre.

AGAMEMNON.

Agamemnon est un héros grec. Fils d'Atrée, roi de Mycènes ou d'Argos, selon les versions, et de la reine Érope, et frère de Ménélas, il assume le commandement de l'armée achéenne durant la guerre de Troie. Durant le siège, son refus de rendre la captive Chryséis à son père Chrysès, prêtre d'Apollon, déclenche une peste dans le camp achéen. Contraint de rendre la jeune fille, il s'empare de Briséis, butin d'Achille, poussant ce dernier à se retirer sous sa tente. Ce sont les événements décrits dans l’Iliade. Après la chute de Troie, il essaie de rentrer chez lui mais il est assassiné par Égisthe, l'amant de sa femme Clytemnestre.

AIGOS-POTAMOS (Bataille de).                   (Au fil de l'eau)

Signifie «fleuve de la Chèvre». Petite rivière de la Chersonèse de Thrace (nom donné dans l'antiquité à la presqu'île située sur la côte ouest de la Mer Noire). C'est à son embouchure que le Spartiate Lysandre remporta en -405 sur les Athéniens une bataille navale qui mit fin à guerre du Péloponnèse.

ALAMANS.

Nom donné à un groupement de tribus germaniques (voir Germanie). Installés sur le Main au IIIè siècle, ils menacèrent à plusieurs reprises le limes du Rhin, finirent par s'installer à la fin du IIIè siècle entre le Rhin et le Danube puis en Alsace et dans la Suisse orientale. Battus par Clovis en 496, les Alamans acceptèrent la suzeraineté des Francs et formèrent le duché d'Alémanie ou de Souabe. Celui-ci fut supprimé au VIIIè siècle par Charles Martel et les Alamans dépendirent de Louis le Germanique après le traité de Verdun en 843. les Français appliquèrent à toute le Germanie le nom de leurs voisins et l'appelèrent «Allemagne». 

ALBIGEOIS.

Le catharisme ou «hérésie albigeoise» ne fut pas une hérésie chrétienne, mais une religion dualiste, issue du manichéisme au IIIè siècle, et directement apparentée à des mouvements analogues en Orient, dans les Balkans et en Italie du Nord. Elle se diffusa au XIIè siècle, lors des Croisades. En France, elle se répendit au XIIè et XIIIè siècles dans le Midi, particulièrement en Languedoc. Ses principaux centres furent Albi (d'où son nom), Béziers, Carcassonne et surtout Toulouse. L'hérésie Albigeoise, se fondait sur un système dualiste (le bien et le mal). Elle rejetait les enseignements et le clergé de l'Église catholique, les sacrements et la messe. Une sorte de baptême par l'imposition des mains, le consolamentum, était administré aux «parfaits», séparés des autres croyants et tenus d'observer une pureté absolue. La morale particulièrement sévère des Albigeois mais aussi la faveur que lui témoignèrent le comte de Toulouse, Raimond VI et ses vassaux, expliquèrent le grand succès de l'hérésie. En 1208, le pape Innocent III prêcha la croisade contre les Albigeois. Dirigée par Simon de Montfort et composée surtout de barons du nord avides de terres, elle mit le pays à feu et à sang. Les croisés du nord défirent le comte de Toulouse Raimond VI à Muret en 1213. Après la mort de Simon, tué en 1218, le roi de France poursuivit la conquête, soumit le Languedoc dont une partie fut rattachée au domaine royal, une autre promise à son fils Alphonse (traité de Meaux en 1229). Le roi de France continua la répression et conquit tout le Languedoc qui fut ainsi rattaché à la couronne de France. Traqués par l'inquisition, le Albigeois furent définitivement vaincus après la prise du château de Montségur en 1244.

ALÉSIA.                                                            (Au fil de l'eau)

Ancienne place forte de la Gaule identifiée aujourd'hui au site d'Alise-Sainte-Reine, située sur une colline de Bourgogne, le mont Auxois. Après la défaite de sa cavalerie à Dijon, le chef Gaulois Vercingétorix vint s'y enfermer. Mais la ville fut assiégée par Jules César en -52, amenant la conquête définitive de la gaule par les Romains. 

ALEXANDRE III LE GRAND.                             (Au fil de l'eau)

Né en -356 et Mort en -323.

Célèbre roi de Macédoine de -336 à -323. Grand militaire, il conquit l'immense Empire Perse et fut à l'origine de la civilisation héllénistique. Fils de Philippe II de Macédoine, il fut l'élève du philosophe grec  Aristote. Admirateur d'Homère, il rêvait d'égaler les exploits d'Achille. Très tôt associé à son père dans l'exercice du pouvoir, il s'illustra à 18 ans à la bataille de Chéronée. Roi à 20 ans à la mort de son père assassiné, il réprima une révolte des cités grecques en détruisant Thèbes et en soumettant Athènes. Désormais maître de la Grèce, il se prépara à la conquête de l'Empire Perse. En -334, à la tête d'une armée de quelque 30 000 fantassins et de 5 000 cavaliers, il franchit l'Hellespont (détroit des Dardanelles, à l'entrée de la mer Noire) et battit au Granique le roi Perse Darius III. Il occupa alors toutes les villes grecques de la côte d'Asie Mineure, coupant ainsi aux Perses tout accès à la Méditerranée. Après une halte à Gordion, où il trancha le fameux nœud gordien qui lui promettait la conquête de l'Asie, il battit les Perses en Issos en -333, occupa la Syrie, la Phénicie en semparant de Tyr, et entreprit la conquête de l'Égypte où il fonda la ville d'Alexandrie. Puis, se dirigeant vers la Mésopotamie, il dispersa l'armée de Darius III, en -331, près d'Abèles. Maître de l'Empire Perse, il atteignit l'Indus, mais ses soldats épuisés le forcèrent à rentrer à Babylone qu'il avait choisi pour capitale. Un an plus tard en -323,  il mourut agé de 33 ans. Après sa mort, son immense Empire fut partagé entre ses généraux. Le personnage d'Alexandre le Grand a inspiré jusqu'à l'époque moderne de nombreuses œuvres historiques, littéraires et artistiques. Respectueux des traditions des peuples cpnquis, il se proclama toutefois sa vie durant fils de Zeus et fut honoré comme un dieu.  

ALEXANDRE III (Pape).                                   (Au fil de l'eau)

Né vers 1105  et Mort en 1181.

Élu pape sous le nom d'Alexandre III en 1159, Rolando Bandinelli est né vers 1105 à Sienne et mort le 30 août 1181 à Civita Castellana.

ALEXANDRIE.

Ville de Basse Égypte, fondée en 332 av. J.-C. par Alexandre le Grand. Capitale de la dynastie Grecque des Lagides, elle fut pendant trois siècles (du IIIè au 1er siècle av. J.-C.) le plus grand centre commercial et intellectuel du monde hellénistique. Admirablement située, Alexandrie a été le principal centre d'echanges entre l'Orient et l'Occident. Ville cosmopolite, construite selon un plan en damier, sa population aurait atteint près de 600 000 habitants. Alexandrie fut aussi, après le déclin d'Athènes, le grand centre de la culture Grecque. Son Musée rassemblait des collections d'œuvres d'art, un jardin botanique et zoologique, des salles de cours et des appartements pour les professeurs. Sa bibliothèque de quelques 700 000 volumes peut-être (incendiée en 48 av. J.-C.) réunissait toute la production littéraire et scientifique de l'époque. Déchirée par des luttes de succession, Alexandrie fut prise par les romains en 30 av. J.-C. mais resta un grand foyer culturel. Touchée par le Christianime, l'Église d'Alexandrie devint le rempart de l'orthodoxie contre les hérésies. Occupée tour à tour par les perses en 616, les Arabes en 642, les Turcs en 1517, la ville était l'une des Échelles du Levant lorsque Bonaparte s'en empara en 1798. Elle est aujourd'hui le principal port et la deuxième ville d'Égypte après le Caire.   

 

ALEXIS 1er COMNENE

Né en 1058, Mort en 1118.

Empereur Byzantin de 1081 à 1118. Il restaura la puissance de Byzance en combattant notamment les Normands de Béhémond 1er et les Petchénègues.

ALLEU.

Au Moyen-Âge, nom donné à une terre libre, c'est à dire sans seigneur et sur laquelle n'existent que les droits du possesseur direct, en opposition à la tenure. En France, les alleux étaient surtout répandus dans le Midi imprégné de droit romain, et presque inexistant dans le Nord. Les alleux pouvaient appartenir à des nobles ou à des paysans.

AMPHIPOLIS (Bataille d').                           (Au fil de l'eau)

En -424.

Ancienne cité de Macédoine. Colonie d'Athènes fondée en -436, elle fut prise par Sparte quelques années plus tard, en -424, lors de la guerre du Péloponnèse. Thucydide, qui n'avait pas su la défendre, fut banni d'Athènes. Philippe II de Macédoine la conquit en -357.

ANATOLIE.

Voir Asie Mineure.

ANAXAGORE.

Né en -500, Mort en -428.

Philosophe et savant grec d'Ionie (côte d'Asie Mineure). Périclès fut l'un de ses disciples. Surnommé l'«Esprit pur», il pensait que l'intelligence était le principe ordonnateur de toutes choses.

ANCIEN RÉGIME.

Organisation sociale et politique qui a prévalue en France depuis la fin de l'époque féodale, XVè-XVIè siècle jusqu'en 1789.

ANCIEN TESTAMENT ou Bible Hébraïque.

Nom donné à l'ensemble des livres de la Bible datant d'avant Jésus-Christ. L'Ancien Testament se rapporte à l'histoire de l'alliance de Dieu avec le peuple juif.

ANGE GABRIEL.

Gabriel est un archange cité dans l'Ancien Testament, le Nouveau Testament et le Coran. Dans ces trois livres, il est nommé «ange», non «archange»[réf. Dans les religions monothéistes abrahamiques, Dieu communique avec ses prophètes soit par l'intermédiaire d'anges, soit par des visions ou des apparitions. Gabriel est considéré comme le messager de Dieu dans la Bible et dans le Coran.

ANGLES.

Peuple germanique qui envahit vers la fin du Vè siècle l'île de Bretagne (Grande-Bretagne aujourd'hui), à la suite d'autres Germains (les Jutes et les Saxons) et donna son nom à l'Angleterre.

ANGLICANISME.

Nom donné à l'ensemble des doctrines et des institutions de l'Église d'État de l'Angleterre.

ANTHÉMIOS DE TRALLES.

Né v. 474, Mort en 534.

Anthémios de Tralles est un mathématicien, ingénieur et architecte byzantin. Il participa avec Isidore de Milet à la construction de l'Église Sainte-Sophie à Istanbul. 

ANTIOCHE (principauté d')

Nom donné à la principauté latine, indépendante du royaume de Jérusalem, fondée par le Normand Bohémond 1er lors de la première croisade. Située dans l'actuelle Turquie d'Asie, elle fut définitivement reprise aux croisés par les Mamelouks en 1268.

ANTONIN LE PIEUX.                                     (au fil de l'eau)

Né en 86, Mort en 161.

Empereur romain de 138 à 161 de la dynastie des Antonins.

ANTONINS.                                                   (au fil de l'eau)

Nom donné aux empereurs romains qui succèdent aux Flaviens de 96 à 192, avec Nerva, Trajan, Hadrien, Antonin le Pieux, Marc Aurèle et Commode. Le siècle des Antonins est considéré comme l'âge d'or de l'Empire.

APHAÏA.                                                 (Voir TEMPLE D'APHAÏA)

Aphaia ou Aphéa est une déesse préhellénique de la lumière, sœur de Léto.   

On lui attribue l'invention des filets pour la chasse. Très belle, elle fut sans cesse poursuivie par les hommes. Minos la poursuivit d'abord de ses assiduités. Elle tenta de lui échapper en se jetant dans la mer, mais, elle fut recueillie dans les filets d'un pêcheur éginète. Ce dernier tomba amoureux d'elle à son tour. Britomartis en appela à sa demi-sœur et protectrice qui la fit disparaître : elle devint Aphaïa, l’« Invisible ». Le temple serait construit à l'endroit de sa disparition.     

Elle est la patronne de l'île d'Égine, où un temple lui est consacré (voir Temple d'Aphaïa), parmi les mieux conservés de toutes les îles grecques.

APHRODITE.

Dans la mythologie grecque, fille de Zeus ou née de l'écume, elle est la déesse de la beauté et de l'amour. Son attribut est la colombe.

APOLLON.

Dans la mythologie grecque et romaine, fils de Zeus et frère jumeau d'Artémis Incarnation de la beauté, dieu de la lumière, il est aussi celui de la guérison, des arts et de la musique Ses attributs sont le soleil, l'arc et la lyre.

APÔTRES.

Vient d'un mot grec "envoyé". Ce sont les 12 disciples que Jésus a choisis pour prêcher sa doctrine: André et son frère Pierre, Barthélemy, Jacques le Majeur et son frère Jean, Jacques le Mineur, Judas (remplacé par Mathias) après sa trahison, Jude, Matthieu, Philippe, Thomas et Simon.

ARCHEVÊQUE.

Evêque placé à la tête d’une province ecclésiastique et qui a plusieurs évêques pour suffragants.

ARCHONTE.

Nom donné à Athènes à des magistrats détenteurs d'importantes charges politiques et judiciaires. À l'origine héritiers des anciens pouvoirs royaux, ils étaient élus pour dix ans puis, dès -683, annuellement, au sein des Eupatrides. Mais au début du Vè siècle av. J.-C., les archontes formaient un collège de neuf membres tirés chaque année au sort dans les dix tribus et n'avaient plus guère que des fonctions religieuses et de justice. L'«archonte éponyme», le président du collège, donnait son nom à l'année civile, réglait le calendrier, présidait les Grandes Dionysies, s'occupait des successions, des veuves et des orphelins. Le «roi» dirigeait la vie religieuse, tandis que le «polémarque» présidait les funérailles des citoyens morts à la guerre. Les six «thesmothètes» présidaient les tribunaux. 

ARÉOPAGE.

Conseil d'Athènes siégeant sur la colline du dieu Arès (d'où son nom), composé des archontes sortis de charge et présidé par l'archonte-roi. À l'origine très puissant et dominé par l'aristocratie (Eupatrides), il ne jugeait, après les réformes de Périclès (461 av. J.-C.), que certaines affaires criminelles.

ARÉS.

Dans la mythologie grecque, fils de zeus et dieu de la guerre. Ses attributs sont le casque et les armes.

ARGINUSES (Bataille d').                             (Au fil de l'eau)

Petites îles de la Mer Égée situées entre Lesbos et les côtes de l'Asie Mineur. Lors de la guerre du Péloponnèse, les Athéniens y remportèrent, en -406, une victoire navale sur les Spartiates.

ARGONAUTES.

Héros achéens dirigés par Jason qui, selon la légende, s'embarquèrent sur la nef Argo pour aller conquérir en Colchide la toison d'or d'un bélier fabuleux. Après diverses aventures, les Argonautes arrivèrent en Colchide où Jason s'empara de la toison d'or aidé de la fille du roi, Médée.

ARGOS.

Ville de Grèce située dans le nord-est du Péloponnèse près du golfe de Nauplie. Fondée au IIè millénaire av. J.-C., elle fut d'abord soumise à Mycènes. Conquise par les Doriens, elle domina au viiè siècle av. J.-C. tout le Péloponnèse. Par la suite, Argos dut lutter sans cesse contre Sparte qui devint sa grande rivale et elle fut naturellement l'alliée d'Athènes au cours des luttes du Vè et IVè siécle av. J.-C.  La cité fut soumise aux romains en -146. La grande divinité protectrice d'Argos était Héra, dont le célèbre temple était le sanctuaire national de toute l'Argolide.      

ARIANE.

Selon la mythologie grecque, fille de Minos, roi de Crète, et de Pasiphaé. Aimant Thésée, elle lui donna un fil à dérouler dans le labyrinthe pour lui permettre de retrouver la sortie après avoir vaincu le Minotaure. Aujourd'hui, l'expression «fil d'Ariane» est une image empruntée à la légende ; elle désigne le fil conducteur que l'on doit suivre pour se diriger afin de résoudre, par exemple, les difficultés d'un problème.

ARIANISME.

Nom donné à l'hérésie Chrétienne issue de la doctrine d'Arius, prêtre d'Alexandrie et de ses disciples. Elle défendait l'idée que Jésus n'avait pas la même nature divine que son père. Elle fut condamnée par le concile de Nicée en 325. Tous les peuples gemaniques (sauf les Francs) reçurent le christianisme sous la forme de l'hérésie arienne. C'est pourquoi les rois barbares entrèrent souvent en conflit avec les papes et persécutèrent les évêques et le clergé. En revanche, les Francs, convertis à la foi catholique, reçurent l'appui de l'Église.

ARISTARQUE DE SAMOS.

Né en -310, Mort en -230.

Astronome et mathématicien grec originaire de Samos. 1 800 ans avant Copernic, il affirma l'idée de la rotation de la terre sur elle-même et autour du soleil. Il aurait aussi calculé les distances terre-lune et terre-soleil. Il ne fut pas cru et on l'accusa d'impiété.

ARISTOCRATIE.

1►Forme de gouvernement dans lequel le pouvoir est détenu par un petit groupe de personnes constituant l'élite. (Dans la Grèce antique, l'aristocratie fut, aux VIIe-VIe s. avant J.-C., un régime de transition entre la monarchie et la tyrannie à laquelle succéda la démocratie.)

2►Groupe de personnes qui détient le pouvoir dans cette forme de gouvernement ; classe des nobles.

3►Littéraire. Petit nombre de personnes qui ont la prééminence, qui se distinguent dans un domaine quelconque ; élite : L'aristocratie des lettres, de l'industrie.

ARISTOPHANE.                                          (Au fil de l'eau)

Né v. -445, Mort v. -386.

Grand auteur comique grec. Fidèles à la tradition de la comédie grecque, les pièces d'Aristophane comportent des allusions à l'actualité, des attaques personnelles, mais aussi des moqueries à l'égard des dieux et font figure de satire des nouveaux courants intellectuels, philosophiques et politiques de son temps. Ses tableaux vivants, ses plaisanteries souvent grossières ont déchaîné des rires irrésistibles. Dés 44 comédies qu'on lui a attribuées, 11 seulement nous sont parvenues. Les plus célèbres sont La Paix (contre la guerre du Péloponnèse), Les Nuées (contre les sophistes), et Les Guêpes (contre les juges de l'Héliée). Elles lui valurent souvent d'être primé lors des concours theâtraux organisés dans le cadre des Dionysies et des Lénéennes

ARISTOTE.                                                    (Au fil de l'eau

Né en -384, Mort en -322.

Philosophe et encyclopédiste grec. Disciple de Platon, précepteur et ami d'Alexandre III le Grand, il fonda le lycée à Athènes, où il enseigna pendant 12 ans. D'une grande culture, ses analyses du discours en font le fondateur de la logique. Naturaliste, il étudia aussi une grande variété d'espèces animales. Les principaux titres de ses œuvres sont : l'Organon, la Physique, la Métaphysique, l'Éthique à Nicomaque, la Politique et la Constitution d'Athènes. Ses écrits eurent une influence considérable sur la pensée occidentale grâce aux philosophes arabes Avicenne et Averroès, puis à Thomas d'Aquin

ARIUS.

Prêtre d'Alexandrie à l'origine de la doctrine de l'Arianisme.

ARRHÉPHORES.

La maison des Arrhéphores est un bâtiment de l'Acropole d'Athènes, identifié par Wilhelm Dörpfeld vers 1920. Situé près de l'enceinte nord, elle logeait les Arréphores, quatre fillettes qui avaient pour tâche de préparer les péplos utilisés lors des processions panathénaïques.

ARTÉMIS.

Dans la mythologie grecque, fille de Zeus et sœur jumelle d'Apollon, elle est la déesse de la chasse, de la nuit et de la féminité. Ses attributs sont l'arc et la lune, ce qui la fit parfois confondre avec Hécate et Séléné aux fonctions analogues.

ARTHUR, "Roi Arthur".

Le roi Arthur ou Arthur Pendragon est, d'après les romances médiévales, un seigneur breton qui aurait organisé la défense de la Grande-Bretagne face aux envahisseurs saxons à la fin du ve siècle ou au début du vie siècle. La légende d'Arthur est principalement inspirée par le folklore et l'invention littéraire, et son existence historique n'est pas attestée. 

ARVERNES.

Peuple de la Gaule  établi en Auvergne actuelle dont la capitale était Gergovie. Vers le début du IIè siècle av. J.-C., ils dominaient presque toute la Gaule du centre et du Sud-Ouest mais furent refoulés dans le massif central, lorsque les Romains occupèrent la Narbonnaise. C'est un chef arverne, Vercingétorix, qui dirigea en 52 av. J.-C. le soulèvement de la Gaule contre César.

ASIE MINEURE.

Ancien nom donné à l'extrémité occidentale de l'Asie. Elle recouvrait l'Anatolie, région située à l'est d'Istanbul (autrefois Constantinople, Byzance). Elle fait partie aujourd'hui de la Turquie d'Asie.

ATHÉNA.                                               (Voir TEMPLE D'ATHÉNA)

Dans la mythologie Grecque, Fille de Zeus, déesse de l'intelligence, des artisans, et de la guerre. Elle fut la déesse tutèlaire ou poliade (qui protège la cité) d'Athènes. Elle est le plus souvent représentée en armes. Ses attributs sont la chouette (posée sur l'épaule) et l'olivier, grâce auquel elle sortit victorieuse de sa lutte pour la possession de l'Attique, contre Poséidon.

ATHÈNES.

Grande cité de la Grèce Antique, célèbre pour sa démocratie. Elle atteignit son apogée au Vè siècle av. J.-C. au temps de Périclès. Elle profita d'une topographie de défense naturelle avec l'Acropole, colline haute de 156 m, qui ne cessa jamais d'être habitée depuis le néolithique. Après s'être opposée victorieusement au Perses, lors des guerres Médiques, la cité atteignit au Vè siècle av. J.-C., sous la direction de Périclès, le sommet de sa puissance. Dominant un grand empire maritime en mer Égée grâce à la ligue de Délos, Athènes devint "l'école de la Grèce", le centre de la civilisation hellénique rayonnant dans tout le monde antique. Elle se couvrit de monuments grandioses : ses artistes, philosophes, écrivains furent très féconds. Mais son impérialisme  lui créa de nombreux ennemis qui se liguèrent autour de Sparte, sa rivale de toujours. La défaite d'Athènes à la fin de la guerre de Péloponnèse en -404 amorça son déclin au profit de Sparte puis de thèbes. Un temps victime des invasions barbares, Athènes s'ouvrit au christianisme sous la domination byzantine mais perdit son rayonnement au profit de Constantinople au Vè siècle. Prise par les latins au cours des croisades puis conquise par les Turcs en 1456, la ville devint en 1832 la capitale de la Grèce indépendante.

ATHÈNIEN. Athénienne.

Originaire d'Athènes.

ATTILA.                                                    (au fil de l'eau) 

Né en 395, Mort en 453.

Roi des Huns de 434 à 453 réunifiant sous son autorité toutes les tribus des Huns.

ATTIQUE.

Péninsule située à l'extrême sud-est de la Grèce continentale entre le golf d'Égine et la mer Égée, cadre territorial de la cité d'Athènes.

AUGUSTE.                                                 (au fil de l'eau) 

Né en -63, Mort en 14.

Premier empereur romain de  -27 à 14.

AURÉLIEN.                                                (au fil de l'eau) 

Né v. 214, Mort en 275.

Empereur romain de la dynastie des Illyriens de 270 à 275.

AUSTRASIE.

Nom donné au royaume des Francs de l'est à l'époque des Mérovingiens. Il était opposé à la Neustrie qui formait la partie occidentale des possessions Franques. Née du partage du royaume de Clovis en 511, l'Austrasie avait son centre en Lorraine avec Metz pour capitale. Elle comprenait une petite partie de la Champagne, l'Alsace, les pays situés entre le Rhin, la Meuse et l'Escaut et la Thuringe (sud de l'Allemagne). Rattaché à la Neustrie sous Clotaire II et Dagobert, l'Austrasie fut ensuite dominée par les maires du palais (Pépin l'Ancien, Pépin de Herstal, Charles Martel) qui luttèrent contre ceux de Neustrie. Ils l'emportèrent finalement avec Pépin le Bref. Les guerres entre la Neustrie et l'Austrasie sont restées célèbres, pariculièrement au moment de la lutte acharnée entre Frédégonde, reine de Neustrie et Brunehaut, reine d'Austrasie.

AVERROÈS.                                                 

Né en 1126, Mort en 1198.

Nom donné en Occident à Ibn Ruchd, célèbre philosophe Arabe de Cordoue, commentateur d'Aristote. Ses œuvres exercèrent une grande influence sur la philosophie européenne du Moyen Âge. Sa doctrine fut critiquée par saint Thomas d'Aquin et condamnée par l'Église au XIIIè siècle lors du IVè concile du Latran et au XVIè siècle.

AVICENNE.                                                 

Né v. 980, Mort en 1037.

Nom donné en Occident à Ibn Sina, célèbre médecin et philosophe d'origne iranienne. Son Canon de la médecine ou Qanun (qui montre par exemple que les Arabes savaient ligaturer les artères et anesthésier au haschisch) fut longtemps à la base des études médicales aussi bien en Orient qu'en Occident. Ses œuvres philosophiques permirent aux Occidentaux de connaître Aristote et la pensée grecque.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© HISTOIRE AU FIL DE L'EAU