HISTOIRE AU FIL DE L'EAU
HISTOIRE AU FIL DE L'EAU
HISTOIRE AU FIL DE L'EAU
10400 NOGENT SUR SEINE
Téléphone :
Portable : 06.09.17.37.70
Fax :
Adresse email :

LI

LICTEUR.

Dans la Rome antique, sous la république, garde qui marchait devant les magistrats à imperium (dictateur, consul, préteur) puis devant l'empereur pour les garder et leur ouvrir le passage. Leur nombre était fonction de la dignité du personnage qu'ils servaient : 24 pour le dictateur, 12 pour le consul et l'empereur jusqu'à Domitien, 2 pour le préteur à Rome et 6 hors de Rome. Les licteurs portaient une hache placée dans un faisceau de petites baguettes, symbole du pouvoir de vie et de mort de leurs maîtres. À l'origine, on les chargeaient aussi des exécutions capitales.

LIGUE DE DÉLOS.

Nom donné à la première confédération athénienne en -477 organisée après la défaite des Perses en Grèce au cours des guerres Médiques. Elle avait pour but de libérer les Grecs encore soumis à la domination perse et groupait Athènes, l'Eubée, les cités ioniennes d'Asie Mineure, la Chalcidique (en Macédoine) et les Cyclades. Libres, les cités acceptaient cependant le commandement militaire d'Athènes et versaient chaque année un tribut. Ce trésor, d'abord déposé dans le sanctuaire d'Apollon de l'île de Délos, fut transféré en -454 sur l'Acropole et les Athéniens y puisèrent largement pour embellir leur ville. Athènes fit de ses alliés des cités sujettes (certains se révoltèrent) et transforma cette alliance en un vaste empire maritime dominant la mer Égée. Le danger perse fut écarté mais l'impérialisme d'Athènes devait conduire à la guerre du Péloponnèse en -431. La défaite d'Athènes en -404 amènera la disparition de la ligue de Délos.

LIGURES.

Peuple ancien établis au sud-est de la Gaule et sur la côte méditerranéenne, entre les villes actuelles de marseille et de la Spezia (ville d'Italie). Alliés des Carthaginois lors de la deuxième Guerre Punique, ils ne furent définitivement soumis à Rome que sous l'empereur Auguste, vers 14. On ne connaît presque rien de leur langue et de leur civilisation.   

LIMES.                                                          (Au fil de l'eau)

Nom donné dans l'Antiquité romaine à la ligne de défense, parfois fortifiée, qui protégeait les frontières de l'Empire romain contre les Barbares ou les nomades du désert. On les trouvait notamment en Germanie le long du Rhin, et en Europe centrale sur le Danube, en (Grande) Bretagne (mur d'Hadrien, mur d'Antonin), en syrie et en Afrique. Les limes étaient gardés par de nombreuses légions.

LITURGIE.

Le mot liturgie est l'ensemble des rites, cérémoniques et prières dédiés au culte d'une divinité religieuse, tels qu'ils sont définis selon les règles éventuellement codifiées dans les textes sacrés ou la tradition. Ce terme s'applique le plus souvent à la religion chrétienne où il désigne un culte public et officiel institué par une église.

LITURGIQUE.

Relatif à la liturgie.

LOMBARDS.

1) Peuple Germanique, les Lombards s'installèrent au VIè siècle dans la plaine du Pô donnant ainsi leur nom à une partie de l'Italie du Nord, la Lombardie. Bien que convertis au catholicisme, ils furent en conflit quasi permanent avec les papes qui s'allièrent aux Francs pour se défendre. Pépin le Bref mena deux expéditions victorieuses contre les Lombards. Charlemagne força le roi Didier à capituler et s'empara de son royaume, anéantissant définitivement la puissance des Lombards en Italie.

2) Nom donné parfois en France au Moyen Âge aux usuriers ou prêteurs sur gages.

Les LONGS MURS.

Les Longs Murs étaient une double muraille fortifiée érigée entre 461 456 av. J.-C. et afin de garantir les communications entre Athènes et son port du Pirée. Ce fut une idée de Thémistocle qui voulait renforcer la puissance d'Athènes sur mer et ainsi créer d'une certaine manière la thalassocratie athénienne, mais ces murs ne virent le jour qu'après l'ostracisme de Thémistocle. Les deux premières murailles furent construites l'une allant directement au Pirée, l'autre beaucoup plus au sud vers l'ancien port de Phalère. Mais en 445 av. J.-C., Périclès fit abandonner le mur de Phalère et fit construire un troisième Long Mur reliant lui aussi le Pirée parallèlement au premier à deux cent mètres de distance.     

En cas de guerre, Athènes et le le Pirée devenait une forteresse inexpugnable ravitaillée par mer, qu'aucun siège ne pouvait réduire par la famine. Cette enceinte entre les deux murs servait aussi de refuge aux paysans de l'Attique, durant les ravages des champs et des vignes par les armées ennemis. Mais la concentration de cette population est sans doute la cause de la peste de 431 av. J.-C. qui ravagea Athènes et durant laquelle Périclès mourut.

LOTHAIRE 1er.                                              (Au fil de l'eau)

Né en 795, Mort en 855.

Empereur d'Occident sous la dynastie des Carolingiens de 840 à 855.

LOUIS 1er LE PIEUX ou Le Dèbonnaire.         (Au fil de l'eau)

Né en 778, Mort en 840.

Roi de France Carolingien et empereur d'Occident de  814 à 840.

LOUIS VI LE GROS.                                       (Au fil de l'eau)

Né en 1081, Mort en 1137.

Roi de France Capétien de  1108 à 1137.

LOUIS VII LE JEUNE                                     (Au fil de l'eau)

Né en 1120, Mort en 1180.

Roi de France Capétien de  1137 à 1180.

LUTH.                                                               (Au fil de l'eau)

Le LUTH est un instrument à cordes pincées dont l'ancêtre est l'ud arabe. Il fut l'un des plus importants instruments de la musique européenne des 16ème et 17ème siècles. Frémissant et argentin, le son du luth convient aux solos et à l'accompagnement de chansons, ainsi qu'aux petits ensembles. 

LYCÉE.

Quartier d'Athènes, situé à l'est de la cité, qui donna son nom à l'école fondée par le philosophe grec Aristote en -335.

LYCURGUE.

Législateur légendaire de Sparte dont on ne sait rien de précis, pas même la date de sa vie. Dans la tradition la plus courante, d'origine royale, il aurait vécu à la fin du IXè siècle av. J.-C. Créateur de la plupart des institutions de Sparte, il aurait fait jurer à ses concitoyens de ne rien changer à ses lois.

LYDIE.

Ancienne région située au bord de la mer Égée, au nord-ouest de l'Asie Mineure. Elle fut occupée vers -2000 par un peuple indo-européen, les Lydiens, qui en firent un royaume.

LYDIENS.

Peuple indo-européen qui s'établit dans l'ouest de l'Asie Mineure vers - 2000. Le royaume de Lydie connut son apogée au VIè siècle av. J.-C. sous le règne de Crésus. Pays fertil, au sous-sol riche (or, argent, cuivre), la Lydie fut aussi une puissance commerciale. Elle exportait par sa capitale, Sardes, les produits de Mésopotamie vers le monde grec et les Lydiens frappèrent pour faciliter ses échanges, les premières monnaies. Les Grecs, installés en Ionie, sur la côte de l'Asie Mineure depuis la fin du IIè millénaire av. J.-C. connurent, grâce au Lydiens, les civilisations de Mésopotamie plus anciennes et plus avancées que la leur. Le royaume Lydien s'effondra sous les coups de Cyrus vers -546. Après le domination perse, la Lydie fut soumise aux Grecs puis aux Romains.

LYSANDRE.

Né v. ?, Mort en -395.

Général spartiate. Il commanda en -407 la flotte spartiate renforcée grâce à l'aide de Cyrus le Jeune et remporta sur Athènes la victoire décisive d'Aigos-Potamos en -405 qui mit fin à la guerre du Péloponnèse. Profitant de sa victoire, il assiégea et prit Athènes en -404 mais refusa de la détruire, se contentant de brûler ses vaisseaux et de détruire les Longs Murs. Enorgueilli par ses succès, il fut rappelé par les éphores et tenu à l'écart du pouvoir puis mourut en -395 au cours d'une bataille contre les Thébains, lors de la guerre de Corinthe.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© HISTOIRE AU FIL DE L'EAU