HISTOIRE AU FIL DE L'EAU
HISTOIRE AU FIL DE L'EAU
HISTOIRE AU FIL DE L'EAU
10400 NOGENT SUR SEINE
Téléphone :
Portable : 06.09.17.37.70
Fax :
Adresse email :

-  450

Période de la TENE

On a nommé le deuxième âge du fer qui commence en -450 la période de la Tène.

Tène I, de -450 à -300,

Tène II, de -300 à -100,

Tène III, de -100 à notre ère.

-  445

        Naissance d'ARISTOPHANE

-  430

        La PESTE d'ATHÈNES

La peste d'Athènes est le nom traditionnel sous lequel est désignée une épidémie ayant touché par vagues la Grèce antique de 430 à 426 av. J.-C. Elle a été notamment rapportée par Thucydide dans son Histoire de la guerre du Péloponnèse et a causé plusieurs dizaines de milliers de morts, dont celle de Périclès qui marque la fin d'une époque privilégiée. Aujourd'hui la communauté médicale considère que c'est le typhus qui est le responsable le plus probable de cette épidémie qui tua peut-être un tiers de la population de la cité.

-  428

              Naissance de PLATON

-  425

      Bataille de SPHACTÉRIE

La bataille de Sphactérie, en 425 av. J.-C., pendant la guerre du Péloponnèse, voit une victoire athénienne sur Sparte. C’est une étape importante de l’histoire militaire, puisqu’une troupe d’infanterie légère vainc une phalange d’hoplites.     

La flotte athénienne qui se rendait vers Corcyre assiégée, dut se réfugier dans le golfe de Pylos suite à une tempête. Le stratège Démosthène garda avec lui cinq trières athéniennes, plus deux venant de leur alliée Naupacte. Devant la menace sur le territoire messénien, Sparte attaqua Pylos sans succès, puis occupa l'îlot de Sphactérie.   

Pendant ce temps, la flotte athénienne réussit à dégager Corcyre de l'emprise spartiate, et revint assister Démosthène. 420 hoplites lacédémoniens, dont la moitié environ de citoyens spartiates, se trouvèrent donc cernés sur l'îlot.

-  424

     Bataille d' AMPHIPOLIS

La bataille d'Amphipolis eut lieu en 422 av. J.-C. durant la guerre du Péloponnèse entre Athènes et Sparte. Cette bataille constitue le paroxysme d'un conflit qui commença en 424 av. J.-C. par la prise d'Amphipolis par les Spartiates.    

Durant l'hiver 424/423 av. J.-C., à peu près en même temps que la bataille de Délium, le général spartiate Brasidas assiégea Amphipolis, une des plus importantes colonies athéniennes en Thrace sur les bords de la rivière Strymon. La ville était défendue par le général athénien Euclès, qui demanda de l'aide à Thucydide qui était stationné à Thasos avec sept navires athéniens.    

Afin de capturer la ville avant l'arrivée de Thucydide, Brasidas promit de laisser les habitants garder leurs biens et offrit à ceux qui le voulaient de quitter la ville en toute sécurité. Malgré les protestations d'Euclès, Amphipolis se rendit. Thucydide arriva au port voisin d'Eion le jour même de la reddition d'Amphipolis. Brasidas s'allia avec d'autres villes thraces, ainsi qu'avec Perdiccas de Macédoine, et attaqua d'autres villes de la région, telle Torone. Les Athéniens, craignant que certains de leurs alliés capitulent rapidement, offrirent à Brasidas des termes favorables pour une paix.      

Thucydide, qui relate la capture d'Amphipolis dans son Histoire de la guerre du Péloponnèse, est souvent tenu pour responsable de la chute de la ville. Certains ont considéré ses actions comme de la "négligence" bien qu'il affirma qu'il n'était pas en mesure d'arriver à temps pour sauver la ville. Il fut rappelé à Athènes où il fut jugé et exilé.       

Dans les faits, il semble bien que la responsabilité de la chute d'Amphipolis revient au stratège Euclès, qui par imprudence ou par inconscience, ne se prépara pas à l'arrivée-éclair de Brasidas et appela trop tard à l'aide Thucydide, qui était au large avec son escadre pour surveiller la mer Égée. Celui-ci, par un tour de force remarquable, arriva juste à temps pour sauver Eion, le port d'Amphipolis, d'une attaque spartiate. Quant à Euclès, il avait abandonné la lutte et s'était retiré dans la citadelle.      

Thucydide, par solidarité pour son collègue (et parce que la dénonciation n'était pas dans son tempérament aristocratique) assuma seul les conséquences de cette défaite qui affaiblissait sérieusement la position d'Athènes dans le nord de la Grèce.

-  418

        Bataille de MANTINÉE

Ancienne ville de Grèce située en Arcadie, au nord du Péloponnèse. En -418, lors de la Guerre du Péloponnèse, les Spartiates y vainquirent l'armée d'Argos alliée d'Athènes. Après une longue trève, elle fut prise et rasée par Sparte en -385. Relevée à partir de -370, Épaminondas y trouva la mort en -362 au cours d'une bataille victorieuse de Thèbes contre les Spartiates.

-  406

         Bataille d'ARGINUSES

La bataille navale des Arginuses est l’un des derniers grands épisodes de la Guerre du Péloponnèse, qui opposa Athènes à Sparte pendant près de trente ans. Elle eut lieu pendant l’été -406, dans la mer Égée, au large de l’île de Lesbos, face aux petites îles Arginuses qui bordent à cet endroit la côte de l’actuelle Turquie. La flotte athénienne, commandée par huit stratèges, y défit la flotte lacédémonienne dirigée par Callicratidas.          Cette importante victoire athénienne se solda néanmoins par des conséquences tragiques, puisque les généraux victorieux furent condamnés à mort par les Athéniens pour avoir négligé, suite à une tempête, de recueillir et de ramener dans la cité les corps des nombreux naufragés.

-  405

    Bataille d'AIGOS-POTAMOS

La bataille d'Aigos Potamos est une bataille navale ayant eu lieu en 405 av. J.-C. entre les flottes d'Athènes et de Sparte et qui a été le dernier engagement majeur de la guerre du Péloponnèse. À l'issue de cette bataille, la flotte spartiate, sous le commandement de Lysandre, détruisit complètement son homologue athénienne. Cela mit un terme effectif à la guerre, Athènes ne pouvant pas importer du grain ou communiquer avec le reste de son empire sans le contrôle de la mer.

-  400

Nos ancetres les guerriers

Les Gaulois recherchent une mort glorieuse qui les fera accéder directement au paradis des héros. Ils soufflent dans des trompes qui produisent des meuglements de monstres. Des chars lancés à toute allure défilent devant les lignes adverses. Ces chars faits d’osier tressé à partie d’un plancher ou se tiennent le cocher et le guerrier sont tirés par un ou deux chevaux de petite taille, rapides et vifs. Et pendant cette cavalcade, le cocher effectue des acrobaties de toutes sortes alors que le guerrier lance ses javelots. Lorsque le dernier javelot est lancé, le guerrier descend du chariot et va combattre à pied. En quittant le champ de bataille, ils coupent les têtes des vaincus, et les attachent au cou de leurs chevaux. Ces dépouilles sont clouées aux maisons ou bien posées sur une pierre à la porte d’entrée. Les têtes des plus illustres sont embaumées dans l’huile de cèdre, puis soigneusement conservées dans un coffre. Ils ramènent aussi des esclaves qu’ils sacrifient pour plaire aux dieux.

-  394

             Bataille de CNIDE

Durant la guerre de Corinthe, La bataille de Cnide opposa les flottes perse et spartiate au large de la cité lacédémonienne de Cnide (Turquie).       

Pharnabase, satrape perse dispose d'une escadre de trirères phéniciennes et d'une escadre de trirères athéniennes sous les ordres de l'amiral athénien Conon. En face, l'amiral de Sparte Lysandre dispose d'une flotte spartiate renforcée par des contingents alliés levés dans les îles égéennes.       

Pisandre dispose de 85 trirèmes. Si l'effectif de la flotte de Pharnabase est inconnu, la seule escadre athénienne est notoirement supérieure en nombre. Placés par Pisandre sur son aile droite, les contingents égéens désertent, découragés par les effectifs adverses. De nombreux vaisseaux spartiates sont alors poussés à la côte par leurs équipages, qui fuient par voie de terre. Pisandre meurt en défendant son navire échoué. Les Spartiates perdent toute leur flotte, dont 50 trirèmes capturées par les Perses.       

Le roi de Sparte Agésilas II apprend l'issue du combat juste avant la bataille de Coronée. La victoire de l'amiral athénien Conon sur son adversaire inexpérimenté mit fin aux idées de suprématie maritime spartiates. La puissance navale d'Athènes est restaurée en mer Égée, mais c'est la Perse qui détermine désormais l'équilibre des forces entre Athènes et Sparte.

           Bataille de CORONÉE

Durant la guerre de Corinthe, La bataille de Coronée (village de Grèce) opposa Sparte à Thèbes, Argos et leurs alliés en 394 av. J.-C.. Elle se déroula peu après la bataille de Cnide et se termina par la victoire des spartiates.

-  390

Invasion de Rome

Au IVe Siècle avant JC, poussés par une nouvelle vague de migration Celte, Les Gaulois multiplient les raids en Italie.

Menés par leur chef BRENUS, venant des Alpes ils envahissent le Nord de l’Italie et se dirigent vers ROME. Les troupes Romaines avançant à leur rencontre sont battues.

BRENNUS entre dans ROME, ses hommes s’installent sur la grande place du FORUM, pillent les maisons, massacrent les vieillards et détruisent les monuments.

 

BRENNUS finit par accepter de quitter la ville contre le paiement d’un tribut de 1000 livres d’or et surtout car les troupes romaines sont en marche vers Rome.

La place du FORUM 

Les oies du Capitole

Pour garantir la survie de la cité, les plus jeunes romains et les femmes se sont réfugiés sur le capitole, une des sept collines de Rome. Protégés par le mur qui défend son sommet, ils résistent aux attaques des Gaulois pendant 8 mois. Selon la légende, alors que les Gaulois tentent de surprendre les Romains par un assaut de nuit, les oies sacrées du Capitole donnent l’alerte  par leurs cris. Les Gaulois sont repoussés.

-  384

             Naissance d'ARISTOTE

Est un philosophe grec né en 384 av JC à Stagire, en Macédoine, et mort en 322 av J.C. Disciple de Platon à l’académie pendant plus de vingt ans, il prit ensuite une distance critique vis-à-vis des thèses de son maître et fonda sa propre école, le Lycée. Il fut également le précepteur d’Alexandre le Grand.

-  371

         Bataille de LEUCTRES

La bataille de Leuctres (un lieu-dit de Béotie, situé au sud-ouest de Thèbes) a lieu le 6 juillet 371 av. J.-C., et voit la victoire des Thébains, conduits par le béotarque Épaminondas, qui infligent une sévère défaite aux Spartiates du roi Cléombrote II.      

La bataille de Leuctres marque un tournant dans les rapports entre cités grecques. L'hégémonie spartiate est mise à mal et la cité ne s'en relèvera pas. Thèbes au contraire commence une hégémonie qui dura 10 ans jusqu'à la mort d'Épaminondas tué à la bataille de Mantinée en -362.

-  359

-  336

Alexandre III le Grand, né le 21 juillet -356, mort le 11 juin -323 à Babylon est l’un des personnages les plus célèbres de l’Antiquité.  Elève d’Aristote et roi de Macédoine à partir de -336, il devient l’un des plus grands conquérants de l’histoire. Il fonde près de soixante-dix cités dont la majorité porte le nom d’AlexandrieLa notoriété d’Alexandre s’explique principalement par sa volonté de conquête de l'ensemble du monde connu. Cette aspiration, à la fois illusoire et pourtant presque réalisée, avant qu’il ne meure subitement à l’âge de trente-deux ans, a pour conséquence, durant un temps très court, une unité politique jamais retrouvée ensuite entre l’Occident et l’Orient. L’héritage d’Alexandre, marqué par sa volonté de fusionner les cultures grecque et orientale, est partagé entre ses généraux pour former les différents royaumes.

 

  

Alexandre sur son cheval, Bucéphale 

-  332

Fondation d'ALEXANDRIE

Ville de Basse-Égypte, fondée en 332 av. J.-C. par Alexandre Le Grand. Capitale de la Dynastie grecque des Lagides, elle fut pendant trois siècles (du IIIè au Ier siécle av. J.-C.) le plus grand centre commercial et intellectuel du monde hellénistique. Admirablement située, Alexandrie a été le principale centre d'échanges entre Orient et Occident. Elle redistribuait les marchandises venues d'Afrique, d'Asie, d'Arabie, tandis que ses ateliers travaillaient le lin, le papyrus, le métal et les parfums. Ses deux ports étaient dotés d'un phare, tour de marbre de 120 m de haut, au sommet de laquelle brûlait un feu visible à 50 km (l'une des sept merveilles du monde, aujourd'hui disparu). Alexandrie est aujourd'hui le principal port et la deuxième ville d'Égypte après le Caire. 

-  281

  Bataille de COUROUPÉDION

Dernière bataille de la guerre des diadoques, la bataille de Couroupédion s'est déroulée en 281 avant J.-C. en Lydie. Elle oppose l'armée de Lysimaque, roi de Thrace, à celle de Séleucos, roi de Syrie. 

Les deux armées s'affrontent près de Sardes en Lydie (Turquie) au début de l'année -281. On ne sait presque rien de la bataille elle-même si ce n'est que les deux rois, fort âgés, se seraient affrontés personnellement. Lourdement défait, Lysimaque est abandonné par ses propres troupes, il finit tué par un javelot lancé par Malacon, un soldat d'Héraclée au service de Séleucos. Désireux de régner sur la Macédoine et de, peut-être, reconstituer l'empire d'Alexandre à la suite de cette éclatante victoire, Séleucos traverse l'Hellespont mais il est assassiné en septembre 281 en Chersonèse de Thrace par Ptolémée Kéraunos.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© HISTOIRE AU FIL DE L'EAU