HISTOIRE AU FIL DE L'EAU
HISTOIRE AU FIL DE L'EAU
HISTOIRE AU FIL DE L'EAU
10400 NOGENT SUR SEINE
Téléphone :
Portable : 06.09.17.37.70
Fax :
Adresse email :

 LA GAULE CELTIQUE

-  800

 Migration des Celtes en Gaule

Entre le XIIIe et le IVe siècle avant notre ère vint l’arrivée de tribus venues de l Est de l Europe à la recherche de terres fertiles et voulant se rapprocher des routes commerciales qui relient le Nord de l Europe à la Méditerranée.

Ils maitrisent la fabrication du fer, plus complexe que celle du bronze, qu’ils utilisent pour l’armement, l’outillage et les parures des vêtements.

Dans la société qui se met en place, le pouvoir appartient à des princes qui, entourés d’une aristocratie guerrière, dirigent de leur citadelle les campagnes alentour et dominent une population de paysans et d’artisans.

-  796

     Fondation du  Royaume de      MACÉDOINE (Nord de la Grèce)

-  600

Fondation de MASSALIA

Au VIIe Siècle avant J.C, les grecs manquant de terres, ceci provoquant de vives tensions sociales, pousse une partie des habitants à quitter leur cité et à fonder des colonies, certains s’installent dans le sud de la Gaule. En 600 av JC, ils fondent la ville de Marseille comme colonie sous le nom de Massalia.

Le comptoir de MASSALIA est situé à l’embouchure du Rhône et sur la route conduisant à la côte Espagnole ce qui le rend idéal   pour développer le commerce Méditerranéen. Rapidement, Massalia contrôle tout le commerce de la méditerranée occidentale et exporte du vin, de la vaisselle étrusque et Grecque en Espagne et en Gaule. Les Grecques introduisent également dans la région les cultures Méditéranéennes typiques de l'antiquité telles que la vigne, les olives et le blé. Les Massaliotes fondent des villes comptoirs sur les cotes Méditéranéennes, dont Agde, Antibes, Nice et Avignon.

Les habitants construisent des habitations « Les Oppida ».

MASSALIA

Colonie grecque à Marseille. Peinture de Pierre Puvis de Chavannes (1868).

Les Oppida  

-  580

        Naissance de PYTHAGORE

-  559

  CYRUS II Grand Roi des PERSES

Cyrus II le Grand, Roi en -559 et fondateur de l'Empire Perse (qui correspont grossièrement à l'Iran actuel). Il appartient à la dynastie des Achéménides. Son règne a été marqué par ses conquêtes d'une ampleur sans précédent historique : après avoir soumis les Médès en -550, il a placé sous sa coupe le royaume de Lydie et les cités grecques de Ionie, puis l'Empire Babylonien (comprenant alors la Mésopotamie, la Syrie, les cités phéniciennes et la Judée). Il trouva la mort au cours d'une campagne militaire contre les Massagètes. Son règne marque donc un tournant dans l'histoire du monde Antique.

-  529

  CAMBYSE II Grand Roi des PERSES

Cambyse II, grand roi Achéménide de l'empire Perse succéda à son Père Cyrius II le Grand en -529. Cambyse II acheva l'œuvre de son père en soumettant l'Égypte à l'empire Perse en -525 et y régna en Pharaon jusqu'à sa mort. Réputé pour sa cruauté, il mourut en Syrie peur-être accidentellement. 

-  525

     CAMBYSE II Pharaon d'Égypte

-  522

       DARIUS 1er  Roi des PERSES

             &  Pharaon d'ÉGYPTE

Darius 1er le Grand, naissance inconnue, mort en -486 fut roi des Perses de -522 à -486. Successeur de Cambyse II, c'est sous son règne que l'empire a connut sa plus grande étendue. À l'est, Darius atteignit les régions du nord-ouest de l'Inde. À l'ouest, il mena des campagnes militaires et soumis la Thrace et la Macédoine. En -499, les cités grecques d'Ionie, aidées par Athènes, se révoltèrent. Ce soulèvement fut brisé et Milet fut prise  et pillée par les Perses en -494. Mais Darius décida de porter la guerre en Grèce même. Ce fut le début des guerres Médiques. Le Grand Roi, en distribuant généreusement son or, réussit à gagner la neutralité de la plupart des cités grecques sauf Sparte et Athènes qui lui opposèrent une farouche résistance. Les armées Perses furent battues en -490 dans la plaine de Marathon. Simple echec local pour les vaincus, cette victoire Athènienne eut au contraire un grand retentissement  dans l'histoire de cette cité. Darius fut le véritable organisateur de l'Empire Perse : il divisa ses États en satrapies gouvernées par des fonctionnaires surveillés par des inspecteurs royaux. Malgré son pouvoir absolu, Darius 1er sut se montrer tolérant à l'égard des peuples soumis. Un temple dédié à Amon fut élevé à Thèbes en Égypte et les sanctuaires grecs d'Asie Mineure furent protégés. Darius 1er mourut en Égypte et fut enterré dans la montagne Perse, près de Persépolis, cité qu'il créa. 

-  496

         Naissance de SOPHOCLE

-  490

      Bataille de MARATHON

Ancienne ville de Grèce et dème d'Attique, à 40 km au nord-est d'Athènes, rendue célèbre par la victoire des Grecs contre les Perse en -490 au cours de la Première Guerre Médique. Sous le commandement de Miltiade, l'armée grecque (9 000 hoplites athéniens et 1 000 soldats de Platée) vainquit les Perses (20 à 30 000 cavaliers et fantassins) en rabattant rapidement autour d'eux les deux ailes de ses phalanges. Un coureur envoyé pour annoncer à Athènes la bonne nouvelle serait mort d'épuisement. Cette victoire donna un grand prestige à Athènes et resta le symbole de la lutte des Grecs contre les Perses. Pour célébrer son souvenir, le marathon (course à pied de 42,195 Km) est devenue une épreuve sportive aux jeux olympiques modernes.

-  486

        XERXÈS 1er  Roi des PERSES

              &  Pharaon d'ÉGYPTE

Xerxès 1er le Grand, né v. -519 et mort en -465 fut roi des Perses et Pharaon d'Égypte de -486 jusqu'à sa mort en -465. Il succéda à son père Darius 1er. Après avoir réprimé avec sévérité des révoltes en Babylonie et en Égypte, il décida de poursuivre la politique de conquêtes de son père en menant, à partie de -483 une grande expédition contre les Grecs. Parties de Sardes en -480, arrêtées quelque temps aux Thermopyles par Léonidas de Sparte, ses armées dévastèrent la Béotie et l'Attique. Mais les victoires grecques de Salamine en -480 et de Platées en -479 obligèrent les Perses à se retirer du pays. Xerxès, après ces défaites, séjourna dans ses capitales de Suse et de Persépolis. Il fut assassiné par un de ses ministres en -465.

-  484

          Naissance d'HÉRODOTE

-  480

  Bataille des THERMOPYLES

La bataille des Thermopyles, le 11 août -480, oppose une alliance des cités grecques à l'empire achéménide durant la seconde guerre Médique. C'est l'un des plus célèbres faits d'armes de l'histoire antique. L'armée grecque (environ 7 000 fantassins) tenta de retenir la grande armée perse du Grand Roi Xerxès Ier (qui comptait, selon les estimations modernes, entre 70 000 et 300 000 soldats) à l'entrée du défilé des Thermopyles qui commande l'accès de la Grèce centrale, le long de la mer Égée. À la suite d'une manœuvre de contournement, pris sur leurs arrières, la plupart des Grecs abandonnèrent la bataille, et seuls le contingent spartiate commandé par le roi Léonidas Ier, ainsi que 700 soldats de Thespies, décidèrent de combattre jusqu'au sacrifice, malgré une infériorité numérique prononcée, pour laisser aux Grecs le temps d'organiser leur défence. Le courage et le sacrifice des Spartiates sont devenus légendaires et ont été repris maintes fois par la culture populaire. Cette bataille deviendra un des emblèmes de la résistance grecque à l'envahisseur, car grâce à elle, et malgré la prise d'Athènes par les Perses, les Grecs purent conserver leur indépendance, après leurs triomphes à Salamine, le 22 septembre 480 av. J.-C., et à Platées, en -479.

       Bataille de SALAMINE

La bataille de Salamine, est une bataille navale de la Seconde Guerre Médique qui opposa le 22 septembre -480, la flotte Grec menée par Thémistocle et la flotte Perse de Xerxès 1er. Le Grand Roi des Perses, Xerxès 1er, assis sur son trône, suivit la bataille du haut d'une colline. La flotte Perse, bien supérieure à celle des Grecs, fut entraînée dans le passage le plus étroit entre l'île et le continent. Incapable de manœuvrer, elle perdit le combat. Eschyle, dans sa tragédie "Les Perses", donna un magnifique récit de cette bataille rendant hommage au patriotisme des Grecs.   

-  479

      Bataille du CAP MYCALE

La bataille du cap Mycale est l'une des dernières confrontations entre Grecs coalisés et Perses de la deuxième guerre médique. Elle eut lieu en -479 et tient son nom du cap au large duquel l'affrontement débuta, et qui se situe en face de l'île de Samos.

Les Les Grecs semblent s'être formés en deux ailes  : sur la droite se tenaient les troupes d'Athènes, de Corinthe, de Sicyone et de Trézène, alors que les Spartiates et les autres contingents se trouvaient sur la gauche. L'aile droite avança sur un terrain plat droit sur le camp perse, alors que l'aile gauche tentait de déborder les Perses en passant par un terrain plus accidenté. L'aile droite engagea le combat avec les Perses pendant que l'aile gauche était encore en train d'approcher. Hérodote rapporte que les Perses se battirent bien au début mais que les Athéniens et leurs alliés souhaitaient remporter la victoire avant l'arrivée des Spartiates et attaquèrent avec encore plus de zèle.

Bien que les Perses tinrent leurs positions pendant un temps, ils finirent par rompre et fuirent vers leur camp. Les Grecs les poursuivirent et engagèrent le combat avec les Perses qui s'étaient regroupés dans le camp, tandis qu'une partie de l'armée perse fuyait déjà le champ de bataille. Finalement, l'aile gauche arriva et attaqua les Perses par le côté, les mettant en déroute.

         Bataille de PLATÉES

La bataille de Platées, est la dernière bataille des Guerres Médiques. Elle eut lieu en -479 près de la ville de Platées en Béotie et opposa une alliance des cité-État grecques dont Sparte, Athènes, Corinthe et Mégare à l'Empire Perse de Xérxès 1er.

À l’été -479, les Grecs rassemblent une puissante armée et marchent vers le nord. Les Perses se replient en Béotie et construisent un camp fortifié près de Platées. Les Grecs refusèrent de s’avancer dans le terrain trop favorable à la cavalerie autour du camp perse, ce qui entraîna un enlisement au cours des onze jours suivants. Les lignes de ravitaillement grecques étant harcelées par les Perses, les Grecs se retirent vers une meilleure position dans un certain désordre. Pensant les Grecs en pleine retraite, Mardonios ordonne à ses troupes de les poursuivre mais les Grecs (principalement les Spartiates, les Tégéens et les Athéniens) livrent bataille et Mardonios est tué. Une grande partie de l’armée perse enfermée dans le camp est massacrée. La destruction de cette armée et des vestiges de la flotte perse à la bataille du cap Mycale met définitivement fin à l'invasion. Même si Platées est dans tous les sens du terme une victoire totale, elle n'a pas reçu le même écho (même à l'époque) que la bataille de Marathon ou même la défaite des Thermopyles.

-  470

           Naissance de SOCRATE

-  467

       Bataille d'EURYMÉDON

La bataille de l'Eurymédon (Turquie) est un épisode important des guerres médiques qui a eu lieu en 467 ou 466 avant J.-C. et au cours duquel la ligue de Délos, emmené par les athéniens et commandée par le stratège Cimon, a vaincu à la fois la flotte et l'armée perse au cours d'une double bataille.

Suite au rassemblement d'une importante flotte perse à Aspendos, près de l'embouchure de l'Eurymédon, dans le but de lancer une offensive majeure contre les cités grecques d'Asie mineure, le stratège athénien Cimon réunit une flotte de 200 trières à Cnide et mit à la voile vers la cité de Phaselis, qui refusa tout d'abord de l'accueillir. Il commença par conséquent à ravager les terres environnantes de cette cité et, avec la médiation du contingent de Chios de sa flotte, les citoyens de Phaselis acceptèrent de rejoindre la ligue et de fournir des troupes à l'expédition. En s'emparant de Phaselis, qui était la cité grecque la plus à l'est de l'Asie mineure et située juste un peu à l'ouest de l'Eurymédon, Cimon bloquait la campagne perse avant même qu'elle n'ait commencé en privant les Perses de la première base navale qu'ils avaient besoin de contrôler. Prenant encore davantage d'initiative, Cimon emmena ensuite sa flotte directement à l'attaque de la flotte perse à Aspendos.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© HISTOIRE AU FIL DE L'EAU